Yama – Ahimsa

asana, ashtanga yoga, cours de yoga à nantes
posture du lotus, ashtanga yoga

Étude du premier membre de Yama : Ahimsa. Il signifie “ne pas blesser”, dans le sens d’éviter la violence à tous les niveaux : physique, verbal et émotionnel.

Il se rapporte à l’aphorisme II-35 des Yoga Sutra :

« Ahimsa pratishthayam tat samnidhan vira tyagah ». 

« Si quelqu’un est installé dans la non-violence, autour de lui, l’hostilité disparaît ». 

Patanjali décrit dans cet aphorisme un état intérieur. En cultivant une attitude de compassion et de non-violence envers ce qui nous entoure, nous récolterons la paix autour de nous. Il sera difficile d’être agressif à notre égard ou même simplement en notre présence.

Le concept de non-violence, dans la philosophie indienne, est extrêmement ancien. Gandhi représente l’image moderne de la non-violence qu’il a utilisée comme fondement de la lutte pour l’indépendance de son pays.  « La non-violence est une force active ».

Ahimsa se décline à plusieurs niveaux :

Violence mentale : penser du mal de quelqu’un, avoir de la haine, de l’agressivité envers les autres et soi-même, avoir des émotions négatives.

Violence verbale : dire du mal des autres, être grossier, parler à tort et à travers.

Violence physique : frapper, tuer un être vivant.

Ahimsa dans sa pratique du Yoga :

Cultiver sa patience : lorsque ma hanche ne veut pas s’ouvrir, je ne la force pas au risque de me blesser. C’est ainsi pour l’instant. On se ne fait pas violence pour réussir une posture à tout prix.

Prendre un temps d’introspection avant la pratique. Comment est mon corps et mon mental aujourd’hui ? Ne rajoutez pas de tension à votre dos, à vos genoux si vous ressentez des douleurs. Etre à l’écoute de soi.

Retrouver du temps pour sa pratique : prendre le temps de dérouler les asanas sans précipitation ou à la va-vite pour être efficace et finalement faire mal les postures. Si vous n’avez pas le temps, ne pratiquez pas. Soyez respectueux de votre pratique.

Éviter le souci de perfection ou de compétition : vouloir faire aussi bien que le professeur ou que son voisin. Le risque est de s’attacher uniquement au résultat et de se faire violence pour y arriver.

Prendre conscience de sa violence : le plus difficile, observer et identifier nos tensions intérieures, notre stress et comment les évacuer en douceur.

La pratique du Yoga nous aide à apaiser Ahimsa via la respiration. Le souffle permet d’être dans les postures sans forcer, nous ramène au moment présent et à l’écoute de notre corps et de nos émotions.

Ahimsa est source de transformation intérieure pour soi-même et pour l’entourage. Ahimsa apporte la paix. N’oublions pas que vouloir imposer ses choix aux autres, c’est aussi une violence. Le non-jugement par rapport à soi-même, l’acceptation de se voir tel que nous sommes permet d’accepter l’autre tel qu’il est. Développons notre bienveillance ! 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *